On prend l'air

L’abbaye de Combelongue (Ariège)

On est partis en Ariège, dans le Couserans plus exactement. Le temps d’un week-end, à nous la montagne, la forêt, les routes cahoteuses, et le grand air. On va pas mal en parler ces jours-ci, parce qu’on a fait plein de choses super cool et qu’on veut que vous les fassiez vous aussi, comme ça vous pourrez en parler à d’autres qui les feront à leur tour et ainsi de suite. Le Couserans, c’est vraiment génial. Et nous, on trouve quand même le moyen d’aller s’enfermer dans une abbaye. Allez comprendre.
Saint-Laurent de Combelongue, fondée en 1138 pour accueillir des chanoines prémontrés*, c’est une abbaye qui présente une particularité : elle est en BRIQUETTES. « Et alors ? », me direz-vous. « Comme quasiment tout les monuments du blog. Remboursez ! » Ce à quoi je répondrai : « Tu ne sais rien, John Snow », puisque dans le midi toulousain, la briquette n’est pas qu’un choix esthétique, c’est surtout qu’il n’y a pas grand chose d’autre pour construire. Alors qu’en Couserans, il y a suffisamment de caillasse pour bâtir Rome deux fois. Un choix purement esthétique donc, qui est caractéristique -deuxième particularité- de la forte influence mudéjar** sur l’abbaye, de style roman.
Ce qu’il reste aujourd’hui de l’abbaye n’est qu’une partie de l’édifice originel, détruit en grande partie pendant les Guerres de religion, puis pendant la Révolution française. Du coup, des jardins ont été créés afin de combler l’espace laissé vacant. De plusieurs styles mais toujours dans la sobriété, ils occupent un rôle aussi bien décoratif que spirituel, ayant été pensés afin de servir l’aspect anciennement religieux du lieu. Car les alentours sont aussi importants que le bâtiment lui-même. Un peu d’étymologie : il y avait, à l’origine, un cloître accolé à l’abbaye. Cloître et cloîtré partagent la même racine latine : claustrum, signifiant barrière, serrure. La nature de la construction rejoint sa signification première : un endroit clos (tiens, le mot est familier , non ?), qui appelle à l’introspection et à la méditation. L’abbaye est elle-même située au creux de reliefs, et le lieu n’a pas été choisi par hasard. Certains arbres des prés alentours ont même été plantés (à l’occasion de la construction, bien avant les jardins actuels) à des endroits précis pour correspondre aux vues que l’on peut avoir du lieu.
L’intérieur est typique de la sobriété propre au style roman. Les vitraux datent des années 1950-60 ; le style est réminiscent de ceux de l’église des Jacobins , et chose assez inédite pour des ouvrages si récents, est davantage figuratif que les moulages de l’autel, datés de presque un millénaire. L’intérieur est vraiment typique de la construction romane, et contraste du coup avec l’extérieur, ce qui confère un supplément d’originalité à l’abbaye.
Pour info, le propriétaire des lieux fait aussi chambre d’hôtes, ce qu’on ne savait pas en y allant. D’ailleurs, sur son site, vous trouverez des infos sur les visites guidées quotidiennes en été, qui sont une mine d’informations dont cet article n’est qu’un bref résumé.

C’est un autre lieu hors du temps, comme beaucoup qui ont vocation spirituelle ; et au beau milieu de la nature, un surprenant édifice d’un style qui émergea bien au sud d’ici, de l’autre côté des Pyrénées.

*Alors, les prémontrés  -ordre des chanoines réguliers de Prémontré-, c’est un des ordres monastiques canoniaux et réguliers, ce qui signifie que ses moines sont reconnus par l’église catholique et que les vœux qu’ils ont prononcés sont irrévocables. Pour les prémontrés, il s’agit de suivre la règle de Saint-Augustin, qui n’était pas vraiment détendu à propos de la part que les hommes doivent dédier à la religion au quotidien (en même temps au IV° siècle, ça rigolait pas trop avec la religion dans l’empire romain ; ce dernier vient de passer du côté chrétien de la force en 392, alors qu’il y a un siècle Dioclétien les donnait en pâture aux lions ou les attachait à des croix. Et ça se faisait vraiment, sans exagération aucune ; lorsque Constantin légalise le christianisme, ça va un peu mieux, et en 392, ce sont les païens qui se font persécuter à leur tour ; quand je vous dis que ça rigole pas). Pour plus d’infos, lisez Wolfgang Grassl, Culture of Place: An Intellectual Profile of the Premonstratensian Order, qui est le bouquin le plus complet sur l’ordre, mais malheureusement non traduit pour les anglophobes. Sinon, Prémontrés : histoire et spiritualité
de Bernard Adura est une bonne lecture en français.

**L’art mudéjar et son architecture sont ceux qui prédominent l’Espagne à l’époque d’Al-Andalus, période où la péninsule est dominée par les conquérants musulmans (mudéjar = musulman vivant sur un territoire chrétien, mozarabe = chrétien vivant sur un territoire musulman) de 711 à 1492. Pensez à l’Alhambra de Grenade ou à l’Alcazar de Séville. Ou à la mosquée-cathédrale de Cordoue.

 

Tags:

5 thoughts

    • Ce qu’on a adoré, c’est aussi le fait que ce soit isolé. Si tu aimes les références culturelles, c’est un peu comme si on était dans l’abbaye de « Le Nom de la rose » mais dans un endroit vert et ensoleillé.

  • Tu me fais tellement rire ! ton enthousiasme pour les briquettes, Jon Snow, ton érudition inattendue sur cet ordre bizarre, j’adore ce qui se dégage de ta personnalité, super envie d’aller visiter des vieilles pierres (et briquettes) avec toi 🙂
    Et tes photos sont super belles!

    • Merci ! C’est à dire que je ne connaissais rien aux prémontrés ; j’avais lu Saint Augustin il y a déjà des années, et vu que la visite a piqué ma curiosité je me suis renseigné. Pour les photos, ce n’est pas moi mais madame qui s’y colle (et de manière fort habile) ; on fera bientôt une rubrique « c’est qui et quoi et pourquoi et comment le Kaouchou », c’est promis depuis des mois, mais on a toujours une bonne excuse.

  • Ce qu’il y a de bien avec vous c’est qu’en plus de découvrir de belles choses « inconnues » on apprend plein de trucs sympa qu’on n’aurait jamais su sinon. Merci le Kaouchou pour vous découvertes et surtout de nous les faire partager ainsi. L’ensemble texte plus photos est vraiment agréable à parcourir, on s’y croirait presque.

Laisser un commentaire